Étudiants - Archives des années précédentes - 2006/07 - 1° année (2006/7) - MÉMOIRES (1° année 2006/07) - ISOUARD Mathias -

Atelier Volume

Projet collectif avec un artiste intervenant, Lionel Scoccimaro. Trouver une insulte que l’ on va interpréter à l’ aide de l’ alphabet dactylologique en moulant nos mains.
L’ injure doit bien sûr être en rapport avec l’ alphabet,le toucher,mais aussi la disposition dans l’ espace, comment disposer toutes les mains ? Au mur, au sol, sur une table.. , sur un banc !
Au final, la phrase fût « DANS TON CUL », disposé sur un banc que nous avons confectionné à l’ atelier bois, un banc où l’ on ne peut donc ni s’ asseoir, ni s’ allonger et oui, c’ est Dans Ton Cul !

moulage dans l’ alginate ( l’ alginate et l’ eau donne un liquide visqueux qui devient rapidement gélatineux),super, on peut donc reproduire des formes assez complexes avec de fortes contre dépouilles grâce aux déformations possibles de l’ alginate.
Qualité du rendu impressionnante, quelques bulles d’ air ont raillées le résultat en remontant à la surface mais sinon un travail vraiment interressant au niveau des contre moules car l’ on cherche le moins de perte d’ alginate autour de la main. Pour cela, il fallait fabriquer des contre-moules sur mesure selon la lettre voulue, par exemple le deuxième N que j’ ai réalisé.

Projet personnel sur les masques en latex.
moulage du visage avec des bandellettes de plâtre. Environ 20 min, certains sont sortis de l’ atelier avec des bleus sur le nez. ensuite nous avons chacun tiré nos masques en latex, couches par couches, les plus fines possible afin que le séchage soit rapide. La qualité de surface était mauvaise à cause des trames des bandelettes mais on arrivait à reconnaître chacun.
Ensuite réalisation d’ un projet personnel libre où doivent intervenir les masques.

J’ ai réalisé des animations , gros plans fixes, de mes masques se déformant plus ou moins. Au nombre de trois , je les ai vidéoprojetées sur trois masques qui flottent dans le noir. J’ ai ainsi obtenu une dynamique dans mon travail qui fait vivre mes masques, qui donne des identités à mes masques, des expressions toujours différentes.

C’ est la première installation vidéo que je réalise et j’ aimerai beaucoup approfondir ce projet, les techniques informatiques avec le vidéoprojecteur, mais aussi le dialogue qu’ il pourait y avoir entre l’ installation et le spectateur. Comment faire intervenir le spectateur dans l’ oeuvre ? Une multitude de solutions s’ ouvrent à moi . Photographier, filmer, animer, déformer, le ou les visages des spectateurs ; en direct sur les masques de différentes formes ou même par l’ intermédiaire de logiciel de retouche, de processing...

VIDEO DE L INSTALLATION


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr